Bientôt des vols touristiques dans la stratosphère en ballon ?

 

Temps de lecture : 5 min

 

La conquête spatiale fascine de très nombreuses personnes et entreprises depuis des années.
Après de récents succès, notamment celui de la capsule Crew Dragon de SpaceX en direction de l’ISS il y a tout juste un mois, l’engouement est encore plus fort.

Cette course aux étoiles tend d’ailleurs à se diversifier, particulièrement en termes de vols touristiques, où les offres sont parfois étonnantes.
C’est le cas de l’entreprise américaine Space Perspective, qui a annoncé dans un communiqué le 18 Juin dernier, proposer prochainement des vols dans la stratosphère… à bord de ballons ! 

On vous dit tout sur ce projet novateur dans notre article de la semaine.

 

 

 

 

Vivre une expérience touristique unique en ballons stratosphériques

 

Crédit : Space Perspective

 

Jusqu’à présent l’idée qu’on se faisait d’un « tourisme spatial » était assez « classique » :  fusées, planeurs lâchés à haute altitude, navettes permettant de réaliser un séjour à bord de l’ISS, ou bien vaisseaux spatiaux en orbite lunaire. Pourtant aujourd’hui, un projet encore plus fou fait son entrée : des ballons stratosphériques.

L’entreprise Space Perspective compte proposer rapidement des voyages dans la haute atmosphère, « à la limite de l’espace ».
Pas de voyage dans l’espace à proprement parler donc, mais presque, à bord d’une capsule, nommée Neptune, surplombée d’un ballon rempli d’hydrogène.
Ce dernier permettra au vaisseau de s’élever à 30 kilomètres d’altitude (100 000 pieds), soit deux fois plus haut que les vols commerciaux, à une vitesse de 20km/h.

Les cofondateurs de la société, Jane Poynter et Taber MacCallum, souhaitaient une solution qui ne nécessitait pas l’utilisation d’une fusée pour progresser en altitude. « Nous sommes revenus à l’idée d’utiliser ces systèmes de ballons à haute altitude pour pouvoir amener les gens très doucement au bord de l’espace », a déclaré Poynter à The Verge.

Ce voyage touristique devrait permettre aux passagers de se rapprocher de l’expérience vécue par les astronautes. « Nous disons que nous allons au bord de l’espace, mais l’expérience est vraiment ce que l’astronaute Jeff Hoffman [le conseiller de Space Perspective]  appelle l’expérience authentique […] :  Parce que pour lui, voir la Terre depuis l’espace – avec le temps et le calme et être détendu et vraiment pouvoir contempler ce qu’il voit – c’est ce qu’il appelle l’expérience authentique. C’est donc sur quoi nous nous concentrons vraiment. » a déclaré MacCallum.

Selon les visuels partagés par Space Perspective, la capsule devrait pouvoir accueillir jusqu’à huit passagers, en plus du pilote, et ce de manière plutôt confortable pour le long vol qui les attend : 6 heures (2 heures pour la montée, 2 heures pour contempler la Terre, et 2 heures pour redescendre).
La capsule terminera sa descente par un amerrissage très lent dans l’océan, où un navire sera chargé de récupérer les passagers, la capsule réutilisable et le ballon.

 

 

Crédit : Space Perspective

 

La capsule, designée par la société PriestmanGoode, propose un environnement spacieux, des sièges, un bar, des toilettes, d’immenses baies vitrées offrant une vue à 360° et un accès aux réseaux sociaux pour permettre aux passagers de partager leur expérience en direct.

 

Crédit : Space Perspective

 

 

// À (re)lire : Vol habité de SpaceX : les Etats-Unis retrouvent leur indépendance spatiale ! 

 

 

 

Un vol d’essai inhabité prévu pour 2021

 

Crédit : Space Perspective

Le projet, encore au stade théorique pour le moment, devrait réaliser son premier vol d’essai, inhabité, en 2021.
Il transporterait alors uniquement du matériel scientifique à son bord et devrait décoller depuis le Centre spatial Kennedy en Floride.

Pour les vols suivants, d’autres bases comme Cecil Spaceport, des sites en Alaska ou à Hawaï sont également envisagés par l’entreprise.

Si le projet voit réellement le jour, il faudra débourser la modique somme de 125 000 dollars pour en profiter, d’après les premières déclarations des dirigeants. 

Un voyage qui ne sera donc pas à la portée de n’importe qui. La compagnie prévoit également de se démarquer de ses concurrents du secteur comme SpaceX, Blue Origin ou encore Virgin Galactic, en proposant de célébrer des événements à bord de la capsule. 

En effet, le voyage ne nécessite pas de conditions physiques particulières puisque le vol s’arrêtera dans la stratosphère et n’ira pas dans l’espace ; la compagnie peut donc se permettre une plus grande flexibilité que ses concurrents proposant des voyages spatiaux.

Même si le voyage ne s’effectuera pas jusque dans l’espace, le ballon et sa capsule seront néanmoins soumis à la même réglementation qu’un vaisseau spatial et seront donc vérifiés et homologués (ou non) par la FAA (Federal Aviation Administration).

 

Un voyage également au service de la science

 

Même si Neptune a pour but principal le voyage touristique, et ses profits potentiels, les responsables du projet voient plus loin et pensent aux opportunités que le projet pourrait apporter à la science.
« Les sciences et l’éducation sont également au coeur de la mission » précisent donc les responsables du projet.

Les recherches devraient notamment porter sur les domaines du climat et des systèmes atmosphériques terrestres, mais aussi de l’astrobiologie ou de l’astrophysique, afin d’en apprendre plus sur le fonctionnement de notre Terre et sur ses limites.

 

 

 

Une prise de conscience

 

Le but de cette démarche est de faire réaliser aux quelques chanceux passagers la beauté et la fragilité de notre monde commun via une visualisation de la Terre dans sa globalité. « Aujourd’hui, il est plus important que jamais de voir la Terre comme une planète, un vaisseau spatial pour toute l’humanité et notre biosphère mondiale », insiste Jane Poynter, la co-PDG.

Les rares astronautes ayant eu la chance d’observer la Terre dans son ensemble depuis la stratosphère ont tous affirmé que la prise de conscience de « l’effet d’ensemble » se faisait réellement au moment de l’observation, malgré les formations et études préalablement réalisées.
Bob Behnken, l’astronaute à bord du Crew Dragon qui a rejoint récemment l’ISS avec son équipier Doug Hurley a déclaré aux médias : « Vous voyez que c’est une seule planète avec une atmosphère partagée. C’est notre place commune dans cet univers ».

Dans le même esprit, Space Perspective a réalisé un partenariat avec l’organisation à but non lucratif « Space for Humanity » dans le cadre de son programme « Citizen Astronaut ».
L’organisation a pour but de faire changer le monde via une nouvelle perspective des « citoyens ordinaires ».
Le fondateur de celle-ci, Dylan Taylor, expliquait vouloir envoyer 10 000 personnes dans l’espace au cours des dix années à venir, pour modifier cette perception et espérer limiter la détérioration du monde actuel.

 

 

Si le projet est mené à bien, il s’agira sans aucun doute d’un voyage hors du commun, qui devrait ravir les chanceux qui pourront s’offrir un ticket.

Derrière ce tourisme (presque) spatial, l’initiative de Space Perspective pourrait également permettre d’accélérer une prise de conscience générale, ô combien cruciale pour notre avenir.

Car le sujet lui-même pourrait presque nous le faire oublier mais nous n’avons, pour le moment du moins, qu’une seule et unique planète habitable à partager et, surtout, à protéger.

 

Rejoignez-nou

Vos études touchent à leurs fins ou vous êtes à la recherche de nouveaux défis ? Alors rejoignez Adentis dès aujourd’hui en cliquant sur le lien ci-dessous :

>> Je veux rejoindre Adentis <<