DNA Script va commercialiser son imprimante 3D à ADN

 

Temps de lecture : 6 min

 

Grâce à son imprimante 3D révolutionnaire, la start-up française DNA Script s’apprête à passer un cap, et à bousculer la production d’ADN synthétique. Elle réalise cette production de haute qualité en un temps record. 

Avec une dernière levée de fonds de 46 millions d’euros le 29 juillet 2020, la start-up annonce l’accélération de la commercialisation de son imprimante à ADN nommée Syntax. 

Retour sur cette avancée dans le domaine de l’ADN de synthèse dans notre article de la semaine.

 

 

Une nouvelle levée de fonds pour amorçer la commercialisation

 

La start-up française DNA Script a été fondée en 2014. Portée par ses fondateurs Thomas Ybert, Sylvain Gariel et Xavier Godron, elle a développé une imprimante capable de synthétiser de l’ADN de haute qualité. Objectif ? Favoriser l’innovation dans ce domaine prometteur en élargissant les perspectives scientifiques et technologiques. 

Après une première levée de fonds de 11 millions d’euros en 2017, DNA script poursuit sa lancée avec 35 millions d’euros supplémentaires en mai 2019. Ce n’est pas fini : cette année, DNA Script vient d’annoncer une nouvelle levée de 46 millions d’euros fin juillet 2020 pour accélérer la commercialisation de son imprimante à ADN, Syntax.

Après plusieurs années de développement de son imprimante 3D moléculaire, le projet de la Biotech fait un grand pas en avant vers la commercialisation. Une levée de fonds orchestrée par Casdin Capital, un fonds spécialisé dans le secteur de la santé.
DNA Script a également pu compter sur trois spécialistes de la synthèse d’ADN lors de cette levée de fonds. A savoir : Danaher Life Sciences, Agilent Technologies et Merck KGaA, via son fonds Merck Ventures. La liste des soutiens est longue, puisqu’on peut également citer Life Sciences Partners, Bpifrance Large Venture et Illumina Ventures, qui avaient déjà participé à la première tranche du tour de table en série B.

Eli Casdin, fondateur et Chief Investment Officer de Casdin Capital, rejoint également le conseil d’administration de la start-up.

 

 

Syntax : l’imprimante moléculaire

 

Syntax beta / Crédit : DNA Script

 

L’équipe de DNA Script a conçu la toute première imprimante d’ADN enzymatique au monde. Cette technologie innovante repose sur des enzymes génétiquement modifiés. Il s’agit des protéines naturelles permettant d’accélérer les réactions chimiques de l’organisme. Ils généreront une séquence ADN personnalisée en seulement quelques heures.

“Le système Syntax s’inspire de l’industrie du séquençage, où la mise à disposition d’instruments de séquençage directement dans les laboratoires a eu un impact décisif sur la recherche en génomique et en médecine personnalisée“, a déclaré Thomas Ybert, président et cofondateur de DNA Script.

Cette solution de catalyseurs enzymatiques a été choisie en opposition aux catalyseurs chimiques traditionnels. Elle rendrait plus rapide, plus efficace et plus facile la synthèse de l’ADN.
Les molécules d’ADN fabriquées à partir de la synthèse enzymatique sont de meilleure qualité et de plus grande longueur. La production s’effectue dans des délais beaucoup plus courts par rapport aux procédés habituels.
Une vraie révolution face à la synthèse chimique. En effet, c’est un processus très long, très onéreux, avec un taux d’erreur plus élevé au fur et à mesure que la séquence s’allonge.

Cette imprimante à ADN, la première en son genre, permet aux chercheurs d’écrire de l’ADN aussi facilement qu’ils peuvent le lire. En pratique, cela signifie que les laboratoires de recherche pourront synthétiser les obligonucléotides dont ils ont besoin dans la journée. Cela leur permettra de gagner un temps précieux dans les expériences itératives, telles que le développement d’outils de diagnostic ou de confirmation”, précise Thomas Ybert.

Cette capacité de lire et d’écrire ces séquences d’ADN grâce à cette imprimante moléculaire pourrait notamment permettre d’accélérer le travail des chercheurs. Surtout lors de situations spécifiques ou en période de crise sanitaire comme aujourd’hui : “En cas de maladie infectieuse due à des agents viraux ou des bactéries, il est primordial d’identifier rapidement l’agent pathogène qui cause l’infection”.
On attend de cette technologie qu’elle puisse “développer des vaccins spécifiques à un virus mais aussi à chaque patient”.

L’imprimante 3D de la start-up n’est pas qu’un nouveau moyen d’aider les chercheurs dans leurs travaux afin qu’ils créent de nouveaux médicaments, des tests virologiques ou encore des vaccins. Syntax constitue une avancée majeure vers le stockage de données dans l’ADN. L’information stockée à l’heure actuelle dans les data center le sera désormais directement dans les polymères de l’ADN.

 

À (re)lire : Un nouvel antibiotique surpuissant découvert grâce à l’Intelligence Artificielle 

 

 

 

Un partenariat avec les Etats-Unis pour une solution de stockage et de lecture d’ADN

 

Crédit : DNA Script

En parallèle du lancement de son projet d’imprimante 3D, DNA Script travaille aussi sur le développement de solutions portables permettant le stockage et la lecture des informations de l’ADN. Le tout avec une consommation d’énergie plus faible que la normale, voire quasi nulle.

Pour développer cette solution portable, la start-up a rejoint le programme américain “Molecular Encoding Consortium”, aux cotés de l’université d’Harvard et du Broad Institute.
Ce projet dispose déjà d’un financement à hauteur de 23 millions de dollars provenant de l’IARPA (Intelligence Advanced Research Projects Activity). Cette agence gouvernementale est rattachée au bureau des renseignements américain, en charge d’“imaginer et diriger des recherches à fort risque et fort impact débouchant sur des technologies innovantes aux avantages futurs considérables pour le renseignement”.

Le but de cette collaboration est d’arriver à réunir, au sein d’un seul et même système, l’ensemble des technologies nécessaires au stockage mais aussi à la récupération des données dans l’ADN.
Pour mener à bien ce projet, le consortium travaille également avec la société américaine Illumina, spécialisée dans les technologies de séquençage de l’ADN. “L’ADN est le support idéal pour stocker de l’information pendant de longues périodes”, affirme le docteur Mostaf Ronaghi, CTO d’Illumina.

 

 

Un lancement pour 2022

 

Grace à cette nouvelle levée de fonds, DNA Script entend accélérer le lancement commercial de son imprimante 3D.
La Biotech commencera bientôt son programme de beta test avec plusieurs laboratoires partenaires qui seront donc les premiers à utiliser son imprimante.
Les commandes devraient ensuite être programmées à partir de 2021 pour un lancement officiel prévu en 2022.

La commercialisation se fera dans un premier temps en France, en Allemagne en Suisse et potentiellement en Angleterre. Les Etats-Unis devraient également faire partie des pays où débuteront la commercialisation.
Pour mener à bien cette commercialisation à la fois en Europe et aux Etats-Unis, le groupe a récemment fait l’acquisition de nouveaux bureaux à San Francisco, en plus de ses bureaux parisiens.

 

 

À (re)lire : Une IA superchampionne de détection du cancer du sein 

 

 

 

Une activité boostée par le Covid-19

 

Pour améliorer ses technologies futures et continuer à lancer différents projets, la start-up travaille également sur des tests diagnostics. Pendant la crise sanitaire mondiale, DNA Script a approvisionné plusieurs laboratoires. Le but était de les aider à développer des tests, pour pallier aux difficultés rencontrées par les fournisseurs traditionnels d’ADN synthétique.

La société a donc permis de développer des tests de dépistage du Covid-19, grâce à son approche permettant notamment des délais de réalisation plus courts que la synthèse chimique par exemple.

La société a précisé que cette crise avait “mis en évidence la pertinence du modèle décentralisé mis en œuvre par le système Syntax”.

 

 

La commercialisation de ce type d’outils pourrait représenter un véritable avantage dans le domaine de la santé, et une avancée conséquente dans le stockage de données dans l’ADN.
A terme, cette nouvelle levée de fonds devrait permettre à la start-up d’améliorer sa technologie révolutionnaire de synthèse enzymatique d’ADN. Objectif : l’appliquer à de nouveaux projets et produits pour élargir le champ
des possibles.

Au vu de la pandémie actuelle, ces avancées rapides témoignent de l’importance de disposer de technologies adaptables à n’importe quelle situation.

 

 

Rejoignez-nou

Vos études touchent à leurs fins ou vous êtes à la recherche de nouveaux défis ? Alors rejoignez Adentis dès aujourd’hui en cliquant sur le lien ci-dessous :

>> Je veux rejoindre Adentis <<