Les 12 principes de sécurité pour les voitures autonomes selon Intel et 10 grands acteurs de l’industrie automobile

 

On le sait tous, les véhicules autonomes ont un avenir certain dans la mobilité de demain.

Si jusqu’à peu on pensait que le déploiement à grande échelle de ce genre de véhicules était pour un futur plutôt lointain, il n’en est rien.

De plus en plus de constructeurs automobiles planchent sur ces voitures autonomes, leur fonctionnement et leur sécurité.

C’est notamment le cas d’Intel et de dix acteurs majeurs de l’industrie automobile, qui viennent de publier le 2 juillet dernier un guide de sécurité pour la construction, les tests et l’utilisation des véhicules autonomes.

On revient pour vous sur ce guide commun dans notre article de la semaine.

 

 

 « La sécurité avant tout pour la conduite automatisée »

 

Crédit : Intel.

De la même manière que les lois de la robotique, Intel et dix partenaires de l’industrie automobile ont décidé de s’atteler à publier ensemble un rapport dédié à la conduite de véhicules autonomes
intitulé « Safety First for Automated Driving » (« La sécurité avant tout pour la conduite automatisée »).

Un rapport plutôt imposant, puisqu’il contient près de 150 pages, axées sur douze principes fondamentaux.

Le but de cette démarche est simple : mettre en avant l’importance de la sécurité dans les phases de conception, de vérification et de validation des véhicules automatisés.

Ce rapport vise également à harmoniser les normes de l’industrie qui se créent petit à petit pour la conduite automatisée, et ce particulièrement dans l’optique d’une future commercialisation à grande échelle.

 

 

L’expertise combinée des experts de l’automobile

 

Au côté d’Intel, on retrouve dix acteurs majeurs de l’industrie automobile (fournisseurs, constructeurs, technologie…) :

  • Aptiv
  • Audi
  • Baidu
  • BMW
  • Continental
  • Daimler
  • Fiat Chrysler Automobiles
  • Here Technologies
  • Infineon
  • Volkswagen

Grâce à l’expertise combinée de l’ensemble de ces experts de l’automobile, ce guide apparait comme un support idéal pour une sécurité optimisée des véhicules autonomes.

Malgré ce rassemblement important, et l’intention de faire adopter ce document à toute l’industrie, on notera toutefois que les partenaires de ce projet sont majoritairement Allemands, Chinois ou Américains, et qu’aucun groupe japonais ni même français n’est de la partie, notamment le groupe Renault-Nissan-Mitsubichi, numéro 1 des ventes de voitures dans le monde.

 

À relire : Tesla prévoit un million de taxis autonomes d’ici 2020 ! 

 

 

12 principes fondamentaux devant garantir la sécurité des véhicules autonomes de niveau 3 et 4

 

Le document établit les règles de sécurité devant être suivies par les ingénieurs lors des différentes étapes de la conception d’un véhicule autonome.

Ces règles se présentent sous 12 principes fondamentaux devant garantir la sécurité des véhicules autonomes de niveaux 3 et 4.

Pour rappel, les niveaux 3 et 4 correspondent à une autonomie avancée et élevée du véhicule mais où le conducteur peut reprendre le contrôle, même si, pour le niveau 4, aucune assistance du pilote n’est en théorie requise.

 

Crédit : Caroline Rahmé – @caroline_rhm (Twitter).

 

 

1,35 millions de tués sur les routes dans le monde par an (OMS)

 

Ce guide s’appuie également sur le modèle Responsibility-Sensitive Safety (RSS), présenté en 2018 par le CEO d’Intel Mobileye, Amnon Shashua, qui est un modèle de sécurité basé sur des paramètres spécifiques et mesurables par des concepts humains de responsabilité et de prudence.

Il définit ainsi un « état de sécurité » conçu pour empêcher le véhicule autonome d’être la cause d’un accident, peu importe les actions des autres véhicules autour de lui.

En effet, le Rapport de situation OMS sur la sécurité routière dans le monde 2018 précise que le nombre de morts sur les routes ne cesse d’augmenter et atteint aujourd’hui les 1,35 millions par an.

Dans cette course aux dernières technologies, les voitures automatisées font plus que jamais parler d’elles. Il est donc important de mesurer toutes les étapes et les contraintes liées à la sécurité de ces véhicules pour réussir l’objectif prôné par leur création, à savoir la réduction d’accidents de voitures mortels, l’amélioration de la circulation ainsi que l’introduction de nouveaux moyens de transports sur la route.

 

 

Sûreté opérationnelle, Cybersécurité, machine learning…

 

SaFAD traite en détails de nombreux sujets comme la sûreté opérationnelle, la Cybersécurité, des protections mises en place en cas de dégradations ou de problèmes du système, l’enregistrement et le stockage de données, la conception opérationnelle de la voiture autonome, le comportement de la voiture sur la route, le système de machine learning…

Le guide explique également le système du passage de relai entre le conducteur humain et le véhicule autonome, ainsi que la mise en place du système de traçabilité via des caméras et des systèmes de direction.

Afin de parer à tous les problèmes, le document énonce une grande quantité de cas de figure (si ce n’est pour dire tous les cas de figure auxquels on pense), le tout pour éviter un maximum de potentiels accidents.

Ce consortium est en avance sur son temps, puisque son but est également de faire face dès à présent aux aspects légaux et réglementaires auxquels devront faire face dans quelques années ces véhicules autonomes dans le monde.

La réticence des assureurs ainsi que du public représente aussi un réel frein quant aux développements et à la future mise sur le marché de ces véhicules.

Avec ce document, les acteurs de l’automobile entendent également rassurer les consommateurs en les aidant à se projeter dans une révolution des transports plus sûre.

Le rapport, assez technique, a été publié gratuitement sur le blog d’Intel le 2 juillet dernier et mis en téléchargement libre pour tous. Vous pouvez le retrouver en cliquant ICI.

 

 

 

 

Rejoignez-nou

Vos études touchent à leurs fins ou vous êtes à la recherche de nouveaux défis ? Alors rejoignez Adentis dès aujourd’hui en cliquant sur le lien ci-dessous :

>> Je veux rejoindre Adentis <<