Les drones de Wing (Google) livreront bientôt des colis aux Etats-Unis

 

Wing, la filiale de livraison par drone d’Alphabet (maison-mère de Google), vient de franchir un cap en obtenant, le mardi 23 avril 2019, l’autorisation de la FAA (Agence Fédérale de l’Aviation des États-Unis), de livrer des colis à des particuliers.

Après avoir réussi avec succès son envol en Australie et avoir annoncé le lancement de plusieurs tests en Europe, notamment en Finlande, Wing voit désormais les portes du marché Américain s’ouvrir à lui. Grâce à ce statut de « transporteur aérien » la filiale d’Alphabet sera désormais en capacité d’assurer des livraisons par drones à domicile.

Pour le moment, cette mesure concerne uniquement l’État de Virginie, mais si elle est sollicitée et que les envois se multiplient, elle pourrait s’étendre à d’autres États Américains.
Cependant pour livrer d’autres États, la compagnie sera obligée de redemander l’accord de la FAA, sans garantie d’accord pour le moment.

On fait le point dans notre article de la semaine.

 

Des drones 100% électriques pouvant atteindre 120 km/h

 

Côté technique, les drones sont entièrement électriques, et équipés de quatorze hélices permettant de les propulser à 120 km/h à une hauteur de 120 mètres au-dessus du sol.

Une caméra embarquée à l’avant lui permettra de se diriger et de respecter les lois en vigueur, comme l’interdiction de voler au milieu d’une foule par exemple.

Grâce à une multitude de technologies embarquées, le drone pourra déterminer sa vitesse ainsi que sa latitude et pourra donc éviter les impacts avec ce qui se trouve sur sa route.

 

 

Un premier accord historique de la FAA pour la livraison par drones aux particuliers !

 

La FAA a déjà accordé plusieurs autorisations temporaires à quelques entreprises de livraison de drones pour des tests ou des livraisons sur courtes distances.

Cependant, c’est la première fois que la FAA donne son accord à une entreprise de livraison pour particuliers par drones aux Etats-Unis, en lui octroyant le même statut qu’une compagnie charter ou de transporteurs aériens de fret.

L’accord de ce statut n’a cependant pas été simple à obtenir. Wing a précisé dans un billet de blog, que cette autorisation avait été l’aboutissement de plusieurs années de travail, le projet ayant débuté en 2013.

L’entreprise a travaillé sur ces drones au sein de l’Université Virginia Tech depuis 2016 et a enfin pu obtenir sa certification FAA en 2019.

Désormais, elle possède le même statut qu’une compagnie de transport aérien de fret des États-Unis, et devra donc présenter à ce titre des manuels de conformité, des programmes d’entraînement ainsi qu’une hiérarchie de la sécurité.

Pour obtenir la certification, l’entreprise a dû prouver à la FAA que ses livraisons par drones étaient sécurisées, en prenant notamment comme exemple ses essais réalisés en Australie.

 

 

Déjà 70 000 vols d’essai et près de 3000 livraisons à domicile réalisés en Australie

 

En effet, en avril, en Australie, après 18 mois de test, le gouvernement, à l’aide de son organisme de régulation aérien nommé CASA, avait donné l’autorisation aux drones de Wing d’étendre la distribution au nord de Canberra.

Avec plus de 70 000 vols d’essai dans ce pays et près de 3000 livraisons à domicile, Wing a de quoi prouver ses dires.

 

 

Les drones considérés comme une menace par de nombreux États américains

 

Selon le quotidien USA Today, de nombreuses villes américaines ont adopté une politique de restriction stricte quant à l’utilisation de drone sur le territoire, que cela soit pour un service de livraison ou non.

Certaines comme Greenwood Village, située dans le Colorado, ont même fait voter des textes qui interdisent à un drone d’atterrir sur une propriété privée sans autorisation préalable des citoyens concernés. D’autres villes comme Orchand Park en revanche ont dû réécrire leur réglementation anti-drone qui semblait trop sévère pour beaucoup. D’autres encore craignent les nuisances sonores et les potentiels risques d’accidents des drones.

Face aux craintes grandissantes, à l’importance actuelle de la protection des données personnelles et pour rassurer les utilisateurs et les habitants, Google a affirmé que l’ensemble des images recueillies par les caméras présentes sur les drones sera archivé et ne servira qu’à des fins d’analyses techniques et d’amélioration du service, mais ne sera en aucun cas utilisé pour récupérer et utiliser des informations personnelles.

« Il s’agit d’un pas en avant important pour les tests et l’intégration en toute sécurité des drones dans notre économie. La sécurité reste notre priorité numéro un alors que cette technologie continue de se développer et de réaliser son plein potentiel », a précisé Elaine L. Chao, la secrétaire américaine aux transports.

 

 

La communication au service des drones…

 

Afin de mieux sensibiliser les villes encore trop réticentes, Google a prévu de mener une large campagne de communication qui devrait permettre aux citoyens, et aux gouvernements locaux, de mieux comprendre l’usage et le fonctionnement des drones, ainsi que les mesures de sécurité prises autour de ce système.

Avec cet accord, la livraison par drone tend à se démocratiser et à conquérir de nouveaux territoires. En suivant les pas de Wing, d’autres acteurs pourraient se lancer sur ce marché qui n’en est qu’à ses prémices et qui laisse encore de nombreuses opportunités à la concurrence et au déploiement.

 

 

Amazon et UPS dans les traces de Google !

 

Le 26 mars dernier, UPS annonçait un programme d’envoi de drones qui transporteraient des échantillons médicaux vers l’hôpital WakeMed de Raleigh en Caroline du Nord. Amazon s’intéresse également à ces opportunités, puisque qu’avec son service « Prime Air Delivery » né en 2016, il souhaite lancer la livraison directement de ses entrepôts aux domiciles des acheteurs.

Une véritable avancée donc pour Google, qui s’installe en tant que leader sur ce marché émergent puisque son principal concurrent, Amazon, qui travaille également sur ce projet de livraison via des drones, n’a toujours pas obtenu d’autorisation de la part des autorités compétentes.

Des tests de livraison sont cependant prévus pour Amazon en milieu urbain en Belgique d’ici l’été prochain.

 

 

Cocorico : la première ligne commerciale régulière de livraison par drone au monde se situe en France !

 

La France n’est pas en reste dans ce secteur puisque depuis 2016 elle possède la première ligne commerciale régulière de livraison par drone au monde.

Située dans le Var, cette ligne commerciale permet à plusieurs entreprises isolées géographiquement de recevoir des pièces détachées grâce aux drones.

C’est GeoPost, filiale de La Poste, qui exerce son monopole dans ce genre de service en France, mais d’autres grands groupes notamment américains, ne devraient pas tarder à saisir cette opportunité.

 

 

 

 

Rejoignez-nou

Vos études touchent à leurs fins ou vous êtes à la recherche de nouveaux défis ? Alors rejoignez Adentis dès aujourd’hui en cliquant sur le lien ci-dessous :

>> Je veux rejoindre Adentis <<