Perseverance : tout savoir sur le nouveau rover de la NASA qui vient d’atterrir sur Mars !

 

Temps de lecture : 5 min

Nouvel exploit dans la conquête de la Planète Rouge : la NASA a réussi à faire atterrir son rover Perseverance sur le sol de Mars.

Au terme d’environ sept mois de voyage et des dernières “sept minutes de terreur”, Perseverance s’est posé sans encombre sur son site d’atterrissage, situé au niveau du cratère de Jezero, jeudi dernier, le 18 février 2021.

Issu de la mission “Mars 2020”, Perseverance a ainsi rejoint Curiosity, le précédent rover de la Nasa avec un but précis : effectuer de nombreux tests et recherches dans les années à venir afin de déceler des traces de vie sur Mars !

Retour sur ce nouvel exploit, auquel la France a participé avec le CNES, dans notre article de la semaine.

 

 

Un atterrissage de haut vol !

Ça y est ! L’atterrissage tant attendu du rover Perseverance sur Mars a été couronné de succès !

Jeudi 18 février, à 21h55 (heure de Paris), Perseverance a posé ses six roues sur son site d’atterrissage, situé au niveau du cratère de Jezero, au terme des “sept minutes de terreur”, expression utilisée par le JPL (Jet Propulsion Laboratory), le centre de recherche spatiale de la NASA, pour qualifier l’intensité de la pression liée à cet atterrissage. 

Et pour cause, pendant ces sept minutes, le rover s’est séparé de sa capsule de transport et a subi une forte décélération, passant en quelques instants d’une vitesse de 20 000 km/h à zéro, pour un atterrissage en douceur. 

Un atterrissage entièrement automatisé et donc particulièrement délicat, les opérations devant être millimétrées et programmées à l’avance.
En effet, l’importante distance qui nous sépare de la Planète Rouge empêche tout envoi d’informations en direct, créant une latence d’environ 7 minutes. C’est donc le rover qui est seul en charge de son atterrissage via un protocole très strict.

Revivez l’atterrissage de Perseverance grâce aux caméras embarquées et via une vidéo exclusive dévoilée hier par la NASA.

 

Perseverance a été lancé dans l’espace à bord d’une fusée Atlas le 30 juillet 2020 depuis Cap Canaveral, en Floride.
C’est donc au terme d’un long voyage d’environ sept mois, et de quelques 480 millions de kilomètres parcourus, que le rover a pu rejoindre Mars.

Bien que l’exploit revienne aux Etats-Unis, la France a également participé à cette mission !
En effet, le CNES a collaboré avec le laboratoire national de Los Alamos pour concevoir l’un des instruments les plus importants du rover : la caméra laser.
Baptisée “SuperCam”, cet œil placé au sommet du robot est composé de spectromètres et transporte également un microphone, “l’oreille du robot”. 

 

Illustration du rover Perseverance de la mission Mars 2020. Gros plan sur l’instrument Supercam. // © CNES/VR2Planets, 2021

 

Ensemble, ils sont en charge d’analyser la composition chimique et minéralogique des roches martiennes afin de détecter des traces de vie, tout en retransmettant de nombreuses images de son environnement.

 

Un rover de plus d’une tonne

Illustration du rover Perseverance de la mission Mars 2020. // © CNES/DUCROS David, 2021

 

Perseverance est le plus gros et le plus complexe rover jamais envoyé sur Mars avec ses 2,2 mètres de hauteur pour 1025 kilogrammes.
Il embarque un bras robotique de plus de deux mètres, ainsi que 19 caméras et, pour la première fois, deux micros.

Pour mener à bien sa mission, il est équipé d’une multitude d’instruments, et notamment d’une foreuse sur son bras robotique pour collecter les échantillons.
Il peut se déplacer de façon autonome ou être guidé depuis la Terre.

Avec Perseverance, la NASA dispose désormais de deux rovers sur Mars, puisque Curiosity, lancé en 2012, est toujours actif et a déjà prouvé que la vie s’était déjà développée sur Mars.

Mission “Mars 2020”

L’envoi de Perseverance sur Mars, dont le coût est estimé à plus de 2,5 milliards de dollars, s’inscrit au sein de la mission “Mars 2020”.
Développée par le JPL, cette mission a pour but de trouver des preuves de vie passée sur Mars.

Le site d’atterrissage n’a bien tendu pas été choisi au hasard, les chercheurs pensent que le cratère de Jezero abritait, il y a plus de trois milliards et demi d’années, un lac profond et s’étendant sur 50 km. 

Perseverance aura pour but de collecter des échantillons qui seront par la suite renvoyés sur Terre et analysés par des laboratoires en espérant détecter des traces microscopiques d’anciens organismes.
L’ensemble des échantillons collectés seront stockés sur Mars en attendant qu’une autre mission puisse venir les récupérer, aux alentours de 2030. Il s’agira alors d’une première mondiale ! 

Au cours de cette mission, la NASA en profitera aussi pour faire voler un engin motorisé sur une autre planète pour la première fois dans l’histoire de l’humanité. Ingenuity, le petit drone embarqué, sera ainsi en charge de survoler le cratère de Jezero pour récolter des informations. 

Pour accomplir cela, il a fallu entièrement repenser la manière de voler du drone, en prenant en compte les lois de portance, différentes sur Mars.
Il est donc équipés de pales beaucoup plus grandes, qui devraient lui permettre de mieux se stabiliser dans cet environnement.

Mars 2020 est la première d’une série de trois missions.
Celles-ci tenteront de préparer de futures missions humaines, notamment en expérimentant la production d’oxygène sur place grâce à “MOXIE”, un petit appareil ayant pour objectif de filtrer et de recycler le dioxyde de carbone présent à 96 % dans l’air martien pour le transformer en oxygène, en identifiant d’autres ressources comme l’eau souterraine ou encore en appréhendant mieux les conditions météorologiques, la poussière, ou tout autre élément capable d’affecter les astronautes une fois sur Mars.

 

 

Une véritable course dans l’exploration de Mars !

Les USA ne sont pas les seuls à s’intéresser de près à la Planète Rouge.

En effet, après eux, l’Europe, la Russie, l’Inde, la Chine et également les Émirats Arabes Unis concrétisent peu à peu diverses expéditions pour explorer Mars.

Les deux dernières en date, “Hope” lancée par les EAU et “Tianwen-1” par la Chine, viennent également d’être lancées en ce mois de février.

Le 9 février dernier, les EAU sont en effet entrés dans l’histoire, en étant les cinquièmes à atteindre Mars.
Leur sonde “Hope” a été placée avec succès autour de l’orbite de Mars, avec pour objectif d’offrir une image pertinente de la dynamique météorologique de la planète, dans le but à terme d’y envoyer des hommes.
La sonde devrait atteindre son orbite définitive d’ici avril.

Le 10 février, c’était au tour de la sonde chinoise “Tianwen-1”, d’arriver autour de Mars. Cette mission comporte un orbiter, un atterisseur et un rover, dont l’atterrissage est prévu d’ici début mai.
Elle aura pour but d’étudier différentes variantes comme la morphologie, la géologie, la structure interne minéralogie, l’atmosphère, l’eau ou encore l’environnement spatial.

Les missions vers Mars sont très complexes et de nombreuses années seront encore nécessaires pour espérer un jour envoyer des humains.
En effet, les missions martiennes ont une durée minimum de trois ans, imposée par des fenêtres de vol entre la Terre et Mars qui ne sont ouvertes que tous les deux ans et demi et pour seulement une quinzaine de jours.
Une complexité qui pose de nombreuses questions quant au transport des ressources dont un équipage a besoin pour survivre au minimum trois ans.

Ce nouveau rover devrait permettre d’apporter des réponses à ces questions cruciales. Même si l’on reste encore bien loin de ce que l’on peut voir dans les films, la conquête de la Planète Rouge avance bel et bien.

 

Rejoignez-nou

Vos études touchent à leurs fins ou vous êtes à la recherche de nouveaux défis ? Alors rejoignez Adentis dès aujourd’hui en cliquant sur le lien ci-dessous :

>> Je veux rejoindre Adentis <<