Tesla prévoit un million de taxis autonomes d’ici 2020 !

 

Après s’être intéressé à de nombreux domaines, Elon Musk s’attaque aujourd’hui aux services de VTC, et prévoit de lancer une plateforme de réservation avec pas moins d’un million de taxis autonomes dès… 2020 !

Un chiffre plutôt impressionnant qui interroge beaucoup sur sa potentielle réalisation.

« Je peux annoncer des « robotaxis » autonomes pour l’année prochaine avec un grand degré de certitude », a lancé Elon Musk, lors d’une journée de présentation dédiée aux investisseurs.

Revenons sur ce projet (très) ambitieux.

 

Véhicules autonomes : une réalité d’ici deux ans pour Musk !

 

Selon Elon Musk, les véhicules autonomes deviendront une réalité d‘ici deux ans. Il affirme même qu’ils commenceront à être accessibles à moins de 25 000 dollars d’ici trois ans !

Il faut donc, pour lui, contrer la concurrence le plus tôt possible c’est pourquoi il souhaite lancer son propre projet pour 2020.

Le fonctionnement restera le même que lors de la réservation d’un taxi ou d’un VTC. Une fois réservé via une application, un véhicule viendra vous retrouver à l’endroit souhaité, et vous emmener à destination. Une seule différence : il n’aura pas de conducteur.

Une révolution mais une révolution abordable puisque Tesla précise qu’il proposera un coût par course plus faible que celui des VTC actuels.

 

 

Un projet qui repose en grande partie sur les propriétaires actuels de Tesla

 

Pour que ses espoirs d’avoir en activité un million de robot-taxis d’ici 2020 voient le jour, Elon Musk mise sur la fibre financière des actuels et futurs propriétaires de Tesla, sur qui ce projet va donc énormément reposer.

En effet, ce projet pourra voir le jour uniquement grâce à la participation de ces propriétaires qui devront eux-mêmes, s’ils le souhaitent bien entendu, faire une demande d’inscription de leur véhicule sur la plate-forme créée par Tesla qui servira aux futures réservations.

Lorsqu’ils proposeront leur véhicule, ils accepteront donc que celui-ci soit utilisé par d’autres personnes, dès qu’une réservation sera réalisée.

 

 

Environ 30 000 dollars de revenu par an pour les propriétaires

 

Cette participation serait bien entendu rémunérée, et selon Elon Musk elle pourrait rapporter environ 30 000 dollars par an pour chaque propriétaire. Sur les onze années de vie du véhicule, les propriétaires pourraient donc récupérer des centaines de milliers de dollars.

Bien évidemment, le milliardaire américain ne peut pas compter uniquement sur la participation des acheteurs de Tesla, et a donc prévu de mettre à disposition la flotte de véhicules de la firme lorsque, dans une zone géographique précise, trop peu de véhicules de propriétaires seront disponibles.

Pour ce qui est du fonctionnement, le constructeur développe un nouvel ordinateur de bord, l’Autopilot Hardware 3.0, qui pourra, à terme, permettre « une conduite totalement autonome » sur les véhicules électriques Tesla.

Ces ordinateurs de bord s’appuieront sur des puces d’intelligence artificielle qui seront conçues en interne.

Grâce à ces ordinateurs et ces puces intelligentes nés de la technologie Tesla, Elon Musk a précisé que les conducteurs « n’auraient plus besoin de toucher au volant ». L’objectif est d’améliorer au maximum ces technologies, pour réussir à tripler les performances d‘ici deux ans.

Ce système sera compatible uniquement avec les Model 3, Model S et Model X.

Plusieurs contraintes devront cependant être surmontées avant le lancement de ce nouveau système, aussi bien côté technique que juridique. En effet, le patron de Tesla a émis quelques doutes concernant l’accord de ce projet par certains Etats américains qui risquent d’être réticents à cette nouvelle expérience. Mais il espère néanmoins obtenir l’autorisation nécessaire pour lancer le projet dès l’année prochaine dans plusieurs parties des Etats-Unis.

Le but de Tesla est d’arriver d’ici un an et demi à ce que ses véhicules répondent à la définition de conduite autonome de niveau 4 (la voiture se conduit seule mais le conducteur doit ou peut choisir de reprendre le volant en fonction des conditions sur la route ou par plaisir), ou de niveau 5 (sans volant et sans conducteur).

 

 

Tesla à l’assaut d’Uber, Lyft et Waymo

 

Avec ce nouveau système, Tesla rentrera directement en concurrence avec plusieurs entreprises, notamment Uber, qui s’impose aujourd’hui comme le numéro un mondial de la réservation de voitures avec chauffeur, mais aussi Lyft, le concurrent direct d’Uber aux Etats-Unis, qui teste depuis fin 2017 avec quelques clients un système de réservation de voitures sans conducteur à Boston.

Tesla pourrait également devoir se confronter à Waymo, la voiture sans conducteur en développement par Google et en test dans l’Arizona.

 

Rejoignez-nou

Vos études touchent à leurs fins ou vous êtes à la recherche de nouveaux défis ? Alors rejoignez Adentis dès aujourd’hui en cliquant sur le lien ci-dessous :

>> Je veux rejoindre Adentis <<