Un avion atterrit pour la première fois en toute autonomie !

 

C’est une grande première !

Des chercheurs de l’Université de Munich ont réussi à faire atterrir un avion de manière complètement autonome.

Ce système, baptisé C2Land, pourrait bien se développer dans les aéroports du monde entier.

Retour sur cette prouesse technique dans notre article de la semaine !

 

 

GPS & caméras intelligentes

 

Avec ce système, l’avion est complètement indépendant et ne nécessite aucun signal ni aucune assistance pour fonctionner correctement, que ce soit d’un pilote ou de l’aéroport dans lequel il doit atterrir.

« Le système guide l’appareil tout au long de l’approche, de façon automatique », indique dans un communiqué Thomas Wimmer, le pilote présent en cas de problème lors de l’essai en conditions réelles, avant d’ajouter « Et il a atterri pile au milieu de la piste, que je percevais d’une très longue distance. ».

Concrètement, le système fonctionne grâce à la combinaison d’une technologie GPS et de plusieurs caméras intelligentes situées au niveau du nez de l’appareil.

Le GPS permet à l’avion de se repérer et de naviguer seul, tandis que les caméras, dotées de visions classiques et infrarouges, permettent de mieux appréhender l’environnement en cas de perturbations atmosphériques.

Ensemble, ces technologies forment le système C2Land, qui, installé dans un avion, permet à ce dernier de calculer la trajectoire à suivre et de devenir autonome pour l’atterrissage.

 

 

Une première mondiale !

 

Depuis toujours, les phases de vol les plus dangereuses sont celles du décollage et de l’atterrissage.
Elles représentent respectivement 30% et 25% des accidents mortels, bien loin devant les autres phases du vol, malgré leur laps de temps très court (en moyenne 2% de la durée de vol pour le décollage et la montée, et 4% pour l’approche finale et l’atterrissage).

Les accidents sont malheureusement souvent dus à une erreur humaine. C’est sur ce constat que les chercheurs de l’Université de Munich se sont basés pour tenter de diminuer les risques d’accidents en tentant de rendre l’atterrissage d’un avion complètement autonome.

Si des avions atterrissent aujourd’hui de manière automatique, ils ne peuvent le faire sans aide extérieure pour se repérer.

Actuellement, les pilotes sont en effet assistés par le pilote automatique durant la phase de vol, et sont aidés par les informations transmises par la tour de contrôle à l’approche de l’atterrissage.

Ils s’appuient également sur le système d’atterrissage aux instruments (ILS) qui leur permet même en cas de mauvaises conditions météorologiques, et donc de visibilité réduite, d’atterrir sans encombre.

À noter que pour l’instant, seuls les grands aéroports sont équipés d’un système ILS, ce qui rend les choses plus compliquées pour les pilotes lorsque leur atterrissage prévu dans un petit aéroport est déporté pour des conditions météorologiques mauvaises.

C’est donc la première fois qu’un avion réussitcet exploit !

Une démonstration de cet atterrissage autonome inédit, qui a eu lieu fin mai 2019 près de Vienne, sur l’aérodrome de Wiener Neustadt / Ost, a été filmée, permettant de comprendre comment l’appareil se comporte face à la piste d’atterrissage.

 

 

 

 

« Un premier pas vers le futur de l’aviation »

 

Dans un premier temps le projet est destiné aux activités aériennes, mais, à terme, les vols commerciaux devraient pouvoir en profiter et s’assurer d’une sécurité complémentaire. Pour ce faire, une certification sera nécessaire auprès des autorités aéronautiques de chaque pays ainsi que des tests à grande échelle pour prouver l’efficacité de ce système.

Avec cette avancée technologique, les avions pourraient donc atterrir dans n’importe quel aéroport et sans conditions particulières concernant la situation atmosphérique. Et le tout avec un atterrissage sécurisé puisque C2Land s’appuie sur une technologie par ordinateur qui devrait donc s’avérer plus fiable qu’une conduite humaine lorsqu’il se démocratisera.

Martin Kügler, chercheur associé à l’université technique de Munich a précisé que selon lui, cet exploit était un premier pas vers le futur de l’aviation. « L’atterrissage automatique est essentiel. C’est un système qui sera utilisé dans les transports de marchandises autonomes et bien sûr dans les taxis volants que les passagers emprunteront. »

 

 

 

Rejoignez-nou

Vos études touchent à leurs fins ou vous êtes à la recherche de nouveaux défis ? Alors rejoignez Adentis dès aujourd’hui en cliquant sur le lien ci-dessous :

>> Je veux rejoindre Adentis <<