Vol habité de SpaceX : les Etats-Unis retrouvent leur indépendance spatiale !

 

Temps de lecture : 5 minutes

 

Après un léger report dû aux conditions météorologiques défavorables, le premier vol habité de SpaceX a eu lieu avec succès le 30 mai dernier. 

La capsule Crew Dragon propulsée par la fusée Falcon 9 est arrivée sans encombre à la Station Spatiale Internationale (ISS) située à plus de 400 km de la Terre.

Un lancement historique, puisqu’il s’agit du premier vol habité opéré par une compagnie spatiale privée, qui permet enfin aux États-Unis de revenir sur le devant de la scène spatiale, après près d’une décennie de dépendance aux lanceurs Russes.

Voici tout ce qu’il ne fallait pas manquer sur cette actu’ dans notre article de la semaine.

 

 

 

Un lancement historique !

Crédit : SpaceX – Nasa


Initialement prévu le 27 mai puis reporté à cause de la météo, le lancement de la fusée Falcon 9 de SpaceX avec à son sommet la capsule Crew Dragon a finalement eu lieu le 30 mai à 21h22 (heure de Paris) depuis le centre spatial Kennedy, à Cap Canaveral en Floride.
C’est depuis ce même centre qu’avaient décollé les astronautes ayant marché sur la Lune dans les années 1960 et 1970.

 

 

Les deux astronautes, Bob Behnken et Doug Hurley, ont ainsi pu rejoindre l’ISS après 27 heures de vol.
C’est la toute première fois que la Nasa confiait le transport de ses astronautes à une entreprise privée.

 

 

Filmé en continu et suivi par pas moins de 57 millions de personnes sur YouTube, le vol s’est déroulé sans encombre.
Le premier étage de la fusée Falcon 9 s’est détaché comme prévu après deux minutes de vol, et une vitesse de 4 000 km/h, puis est revenu se poser sur Terre.
C’est d’ailleurs l’un des tours de force de Space X, qui permet à l’entreprise de réutiliser ses lanceurs et ainsi diminuer les coûts de lancement.

 

https://www.facebook.com/Fandeliss/videos/3827855313955976/

 

Crédit : Vidéo du retour du booster de la Falcon 9 lors du décollage le 30 mai 2020 avec la la mission dragon Demo2 – SpaceX

 

La capsule Crew Dragon s’est ensuite séparée de son deuxième étage, une fois en orbite, pour rejoindre l’ISS. Elle s’est amarrée le 31 mai à 16h16 (heure de Paris) avec une quinzaine de minutes d’avance sur l’horaire prévu. 

« Félicitations (…) pour ce premier voyage habité pour Falcon 9, c’était incroyable », a déclaré l’astronaute Doug Hurley, commandant du vaisseau, avant d’ajouter « Ce fut un honneur de faire partie de cet effort de neuf ans depuis la dernière fois qu’un véhicule américain s’est amarré à la Station spatiale internationale ».

Avec ce succès, Elon Musk, le patron de Space X, en a profité pour déclarer lors d’une conférence de presse : « Le trampoline fonctionne ».
Une petite pique à retardement destinée à Dmitri Rogozine, le patron de l’agence spatiale russe, qui avait, il y a quelques années, pointé du doigt l’incapacité des américains à emmener des astronautes sur l’ISS, ajoutant même qu’’ils avaient besoin d’un « trampoline » pour s’y rendre.
Dmitri Rogozine a cependant pris la parole pour féliciter la NASA et SpaceX et a même indiqué avoir apprécié la blague d’Elon Musk.

 

 

 

Un nouveau départ pour les Etats-Unis

 

Depuis la fin de l’ère des navettes spatiales en 2011, les Américains, tout comme les Européens, étaient dépendants de la Russie pour acheminer leurs astronautes vers l’ISS.
Une situation loin d’être du goût des USA, à la recherche depuis plusieurs années de nouvelles solutions pour retrouver leur indépendance.
La Nasa avait ainsi sélectionné en 2014 deux prestataires privés, dont SpaceX, pour assurer le transport de fret, mais également d’équipage, vers l’ISS.

Pour rappel, l’entreprise américaine fondée par Elon Musk, est devenue en quelques années seulement un acteur majeur de la conquête spatiale.
Le succès de cette première étape de la mission devrait confirmer les ambitions de Space X et de son PDG, qui rêve de tourisme spatial et de conquête de Mars.

 

// À (re)lire :  Conquête spatiale : Top 11 des événements à ne pas rater en 2020.

 

 

 

Une dernière étape avant la certification de la NASA

 

Si jusqu’à maintenant la mission est un vrai succès, elle n’en est pas terminée pour autant !
En effet, pour obtenir la certification de la NASA et se détacher complètement des vaisseaux russes Soyouz, la capsule devra encore procéder à son vol retour, toujours avec à son bord les deux astronautes Doug Hurley et Bob Behnken.

Pour l’heure, aucune date de retour n’a été évoquée ni par SpaceX ni par la Nasa, mais celui-ci devrait avoir lieu d’ici un à six mois.

Une dernière étape aussi périlleuse que les phases de décollage et d’amarrage, puisque lorsque la capsule Crew Dragon se détachera de l’ISS et entamera son retour sur Terre, les astronautes encaisseront des secousses au plus fort de leur intensité et de la force G.
Ils subiront, lors de la phase de décélération, une force de 4,5 G, soit 4,5 fois le poids de leur corps.
Affaire à suivre donc pour que la mission soit un succès complet.

 

 

Un second lancement réussi 4 jours plus tard pour Space X !


Crédit : SpaceX

 

Dans la foulée, le mercredi 3 juin 2020, SpaceX a réussi un nouveau lancement de sa fusée Falcon 9.
Cette fois-ci, la fusée contenait à son bord 60 satellites supplémentaires pour son projet de constellation Starlink, portant désormais à 480 le nombres de mini-satellites en orbite basse autour de la Terre. 

Parmi ces satellites, l’un d’eux comprenait d’ailleurs un nouveau système permettant de réduire la visibilité nocturne des satellites depuis la Terre, et ainsi limiter la pollution lumineuse pointée du doigt par les astronomes.
Si le système se déploie correctement, et fonctionne comme prévu, SpaceX devrait l’étendre à tous ses satellites à l’avenir.

Le premier étage de la fusée Falcon 9 a également été récupéré lors de ce lancement, portant à cinq le nombre de mission effectuées par ce lanceur. L’entreprise américaine tente aussi de récupérer les deux moitiés de carénage qui forment le nez de la fusée et qui permettent d’assurer la protection de la charge transportée.
SpaceX n’a pour l’instant pas communiqué sur la réussite de cette deuxième récupération, celle-ci ayant déjà échoué par le passé.

Pour rappel, le projet Starlink lancé en 2015, prévoit le déploiement d’un réseau internet ultra-rapide sans fil grâce à une future méga-constellation de satellites en orbite basse.
L’armée américaine est d’ailleurs fortement intéressée par ce nouveau système et a signé fin mai un accord de trois ans avec SpaceX.

 

Décidément, l’entreprise star du New Space démarre très bien cette année 2020.

Avec ce lancement réussi par Space X et la Nasa, la Russie perd son monopole des lancements de vols spatiaux habités et les Américains retrouvent quant à eux leur indépendance.
Un nouveau départ pour les Etats-Unis et un véritable succès pour Space X, première entreprise privée à envoyer des astronautes dans l’espace, qui testent depuis des années des solutions dans ce but.

Il ne reste maintenant plus qu’à Space X de réussir le vol retour du vaisseau vers la Terre afin d’obtenir la certification de la Nasa, qui a déjà chargé l’entreprise d’Elon Musk de développer un nouveau taxi spatial si cette mission en cas de réussite.

La conquête spatiale n’a pas finie de faire parler d’elle.

 

 

Crédit photo à la Une : SpaceX-Imagery de Pixabay 

 

 

Rejoignez-nou

Vos études touchent à leurs fins ou vous êtes à la recherche de nouveaux défis ? Alors rejoignez Adentis dès aujourd’hui en cliquant sur le lien ci-dessous :

>> Je veux rejoindre Adentis <<